Les aiglons de Bonelli, on leur a passé la bague au doigt

© GSSV

Aigles de Bonelli, les naissances se multiplient à Sainte-Victoire

Il y a en France 33 couples d’aigles de Bonelli. Deux couples sont installés sur la montagne Sainte- Victoire où, pour la 3ere fois depuis 20 ans, 4 aiglons sont nés. A priori 3 mâles et une femelle.

Le baguage des jeunes, réalisé par le Conservatoire d’Espaces Naturel (CEN PACA) sous l’égide du Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux (CRBPO), vient d’avoir lieu en mai. Il permet d’évaluer l’état sanitaire des aiglons (il est parfait cette année), et de leur donner une identité ce qui peut permettre de les localiser ultérieurement dans leurs déplacements.  C’est ainsi que « PA », une femelle  née en 2014 à l’est de Sainte-Victoire a été repérée en 2015 dans le massif du Canigou.

Un suivi attentif

Le  Conservatoire d’Espaces Naturels, est chargé par l’Etat de veiller sur les 17 couples de la région PACA, leur situation sanitaire, leur reproduction, la tranquillité des sites, bref, le CEN prend soin de l’état des populations d’Aigle de Bonelli. Pour les territoires de Concors Sainte-Victoire, il s’appuie sur le Grand Site Sainte-Victoire.

Depuis début janvier, on observe les comportements de chaque couple pendant qu’il aménage ses aires car ces rapaces ne déterminent que juste avant la ponte dans laquelle il installera son foyer.  Cette année par exemple, sans qu’on en comprenne les raisons, tout le monde a délaissé les anciennes aires pourtant  historiques pour en occuper de nouvelles. L’aigle reste un animal bien mystérieux…

Partenaires habituels du Grand Site, pour ne pas gêner la couvaison des rapaces,  les parapentistes ont diffusé immédiatement l’information des fermetures de zones de décollage à l'ouest de la montagne. De même, la nouvelle résidence du couple de l’est  a contraint les organisateurs du Trail Sainte-Victoire à modifier le tracé de leur course. Partage du territoire oblige.

La ponte a eu lieu vers le 20 février et l’éclosion dans la première semaine d’avril. Ce n’est qu’entre 35 et 45 jours plus tard qu’on pose les bagues aux aiglons. Pas avant car leurs os sont trop minces, pas après parce que, devenus plus véloces, les oiseaux pourraient se débattre voire tenter de sauter alors qu’ils n’ont pas encore suffisamment de plumes.

La cérémonie du baguage

Le groupe est réduit. 7 personnes. Dès avant l’ascension, chacun sait ce qu’il aura à faire. Pendant la cérémonie, on fera vite, les gestes seront mesurés, techniques et on parlera à mi voix.

- Philippe Lèbre, alpiniste,  « déniche » puis « reniche »,

- Cécile Ponchon et Elvin Miller du Conservatoire d’Espaces naturels passent l’anneau,

- Marc Verrecchia responsable scientifique  et Matthias Magnier garde nature référent Bonelli au Grand Site Sainte-Victoire  participent à l’examen sanitaire 

- trois invités mesurent leur privilège de vivre ce moment rare.

 

Arrivé à l’aire, Matthias, indique sa localisation précise à Philippe qui descend en rappel. Il restera dans son harnais jusqu’au retour de Matthias après le baguage. Philippe saisit doucement les aiglons et les glisse dans un sac de toile. Matthias les descend sur l’aire sanitaire. Là Cécile et Elvin  les pèsent, les mesurent, les baguent et on les glisse à nouveau dans le sac pour le retour à l’aire. Tout se fait sans parler. Ça viendra plus tard, quand les aiglons seront retournés au nid.

En 2016, Sainte-Victoire a vu la naissance de VX et VR de l’Est , respectivement  une belle femelle de 1,600 Kg et un joli mâle de 1,500 Kg, et VG et VK de l’Ouest, deux mâles pesant 1,450Kg pour l’un et 1,400 Kg pour l’autre.

Prise des mesures de l'aiglon

Leur état de santé est bon, la veille durera jusqu’à leur envol et de façon moins intense jusqu’à leur émancipation, à l’automne.

« L’aigle, explique Matthias, c’est le symbole de la faune sauvage. Il échappe totalement à toute mesure l’espèce en revanche nous lui devons de veiller à sa tranquillité et travaillons à  veiller au bon état de conservation de son habitat. Sinon, il partira. Alors voir qu’il s’installe, qu’il reste signifie que le travail que nous faisons est bon. Qu’il est adapté. Et puis, lors du baguage, ce que nous admirons généralement de loin, nous en approchons l’intimité. Voir aussi combien ces oiseaux évoluent vite ! Pensez ! D’un œuf de 10 à 12 cm de hauteur et 6 de largeur environ, nait un poussin qui aura 1,70 mètre d’envergure deux mois après ! Oui, c’est toujours très émouvant. » !

Géolocalisation

Latitude : 43.5158879 Longitude : 5.515897999999993 Adresse : la ferme de beaurecueil

Partager cette page