La Chevêche d’Athéna

22h, le ciel nocturne est parfaitement dégagé, pas de vent, les conditions sont idéales.

Mon point d’écoute, je l’ai choisi aux abords d’un cours d’eau qui traverse la plaine agricole. Je diffuse le chant territorial du mâle sur mon lecteur MP3. C’est la méthode dite « de la repasse ».

Quelques secondes plus tard j’entends le cri sonore et clair, « kee-ew ». A 20 mètres de moi, une femelle Chevêche d’Athéna (Athene noctua) a répondu. Elle disparaît aussitôt dans un vol ondulant et silencieux.

Partager cette page