L’insertion au service du patrimoine

Chantier d'insertion d'Aix Multi Services - Sainte-Victoire, Grand Site de France © Aix Multi Services V.Bauduin

Des structures spécialisées, comme les entreprises d’insertion ou les associations intermédiaires, travaillent régulièrement avec le Grand Site. Ces collaborations montrent que des personnes en difficultés sociales et professionnelles particulières trouvent, une source de motivation et de reconnaissance dans des chantiers liés au patrimoine et à la nature.

Pour le Grand Site, un chantier d’insertion correspond à un besoin du terrain mais il est aussi un engagement

En 1999 une restanque, marqueur important du paysage, s’effondre à Saint-Marc Jaumegarde. Dans l’urgence, l’association d’insertion ERA mène le chantier de reconstruction , rappelle Hervé Béguin, chargé d’aménagement au Grand Site. Par la suite, ERA qui s’est spécialisée dans le travail de la pierre sèche et les chantiers atypiques, a répondu à des appels d’offre pour des travaux tels que les murets du sentier des Venturiers. Au vu de la qualité du travail, certaines communes partenaires comme Le Tholonet, Saint-Marc Jaumegarde ou Beaurecueil ont recouru au savoir faire d’ERA.

Pour le Grand Site, un chantier d’insertion correspond à un besoin du terrain mais il est aussi un engagement. Il s’agit de collaborer activement à l’accompagnement de personnes longtemps privées d’emploi ou victimes d’accidents de la vie, vers des repères sociaux stables. Le dépassement de soi, la solidarité indispensable dans des milieux difficiles et le sentiment d’œuvrer pour le bien commun sont des moteurs très forts de motivation et de lien social.

L'équipe d'Aix-Multi Services a réalisé le débroussaillement du mur d'enceinte du Prieuré. (Agrandir l'image). L'équipe d'Aix-Multi Services a réalisé le débroussaillement du mur d'enceinte du Prieuré. Le soir venu, toute l'équipe a partagé une nuit au refuge. - © H. Béguin

 Chaque chantier fait l’objet d’une présentation par l’équipe du Grand Site qui le replace dans la globalité du projet : restauration du patrimoine, gestion de la fréquentation, protection des milieux et des espèces ... Marc Verrecchia, responsable scientifique au Grand Site, explique : 30 000 personnes par an gravissent le sentier Imoucha depuis le barrage Bimont jusqu’au Prieuré et la Croix de Provence. Ce secteur autrefois pâturé contient des pelouses naturelles d’un grand intérêt écologique. Elles hébergent un nombre considérable de plantes et la faune qui y vit est très riche en espèces protégées. Aujourd’hui, la garrigue tend à s’y installer.

Il fallait donc intervenir sur les cistes et les romarins, de façon douce sans engins tant ces milieux sont fragiles. Sur 12 hectares, le Grand Site a piloté un chantier d’arrachage réalisé par l’association d’insertion Aix Multi Service (AMS) .

Un autre chantier, à Jouques, doit aussi être traité avec de grandes précautions. Il est situé dans la zone humide de la Traconnade à fort enjeu écologique et patrimonial. Où le foin poussait autrefois, la roselière a pris place et freine le développement d’Aristiloche Rotunda, plante hôte de la Diane, un papillon protégé.

Les canaux de drainage et d’irrigation n’étaient pas entretenus, et sur ce terrain détrempé aucun engin mécanique ne pouvait pénétrer. Le dégagement et le curage des canaux ont été effectués manuellement par AMS, afin d’assécher le terrain et permettre à nouveau la fauche des parcelles. En coupant les roseaux, au lieu de les brûler comme c’était l’usage, on permet le retour d’une prairie qui sera récoltée par un agriculteur local, de restaurer les conditions favorables à Aristoloche Rotunda et par conséquent à la préservation de la Diane.

Nichoir Chevêche vertical (Agrandir l'image). Nichoir Chevêche vertical - © X.Nicolle

Xavier Nicolle, responsable des gardes nature, se félicite du partenariat avec le Centre d’Aide par le Travail « La farigoule », qui a fabriqué sur mesure des nichoirs à chouette chevêche. La collaboration a été très intéressante car il a fallu inventer le dispositif, et maintenant ce sont 11 nichoirs qui sont installés dans des propriétés agricoles.

 

 

 

L’insertion, alors, ça marche ?

Sylvie BALDY

Logo Ministère du travail

Correspondante Aide Pour le Retour à l’Emploi à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi PACA UT13.

L’insertion par l’activité économique constitue un outil majeur à la disposition du Service Public de l’Emploi en faveur de l’insertion de publics fragilisés ou éloignés de l’emploi.

Ainsi en 2013, les 87 structures d’insertion par l’activité économique des Bouches du Rhône ont permis d’accueillir plus de 3636 personnes. Avec 332 sorties dans l’emploi durable, plus de 280 sorties vers un emploi de transition et 300 sorties jugées positives (vers un parcours de formation notamment), ce sont plus de 25 % des publics accueillis qui ont trouvé une solution d’emploi ou d’insertion durable.

Ces résultats sont encourageants, dans un contexte économique difficile, car la population accueillie est constituée à plus de 35 % de bénéficiaires du RSA ou de minima sociaux et pour plus de 30 % par des demandeurs d’emploi de longue ou très longue durée.

La réforme ambitieuse du mode de financement du secteur de l’Insertion doit contribuer à améliorer encore ces résultats, à faciliter le développement de projets d’insertion de qualité et la mobilisation coordonnée des partenariats sur le territoire.

 

Le Projet Territorial du Grand Site s’appuie sur les principes du développement durable qui visent à concilier les trois aspects écologique, social et économique des activités humaines. Le volet social comprend aussi bien le bien être des habitants et des visiteurs que l’intégration de tous dans la vie économique locale.

André GUINDE, Président du Grand Site, défend cet engagement dans le domaine de l’insertion.

Kaled d'Aix Multi Service entame sa journée de travail. (Agrandir l'image). Kaled d'Aix Multi Service entame sa journée de travail. - © Aix Multi Service V.Bauduin

D’abord, nous sommes une institution publique et nos missions ont des finalités d’intérêt général.

Cette notion peut concerner aussi bien des chantiers forestiers de prévention des incendies, des inventaires naturalistes que la restauration d’un patrimoine bâti qui menace ruine. On le voit, le spectre est très large. L’insertion en est un aspect et c’est une volonté de notre Syndicat de l’intégrer à notre politique de développement durable.

De plus, les structures d’insertion sont des acteurs économiques qui ont toute leur place pour répondre aux marchés publics. De même, on privilégie les entreprises qui s’engagent dans le recrutement de personnes en insertion.

Et j’insiste sur le fait que les personnes qui travaillent sur ces chantiers sont titulaires d’un véritable

contrat de travail, elles bénéficient de tous les droits afférents et sont payés selon les tarifs légaux.

 

Partager cette page