Un nouveau plan de prévention des incendies à l’échelle du Grand Site

Vignette Stratégie-PIDAF-massif-Concors-Sainte-Victoire-2014

Le Plan Intercommunal de Débroussaillement et d’Aménagement Forestier(PIDAF) du Grand Site, élaboré et mis en en œuvre depuis plus de 10 ans, est en cours d’actualisation. Le document final sera le Plan de Massifs de Protection des Forêts Contre les Incendies.

Un programme élaboré sur un retour d’expérience

Le Grand Site Sainte-Victoire est né du grand incendie de 1989 qui a ravagé la montagne de Cézanne. Sa première mission est la mise en place d’une politique de prévention des incendies.

Au début, le plan de gestion a été élaboré pour les 5 500ha de la seule montagne Sainte-Victoire. En 2000, avec la création du Syndicat mixte et l’extension du territoire de compétence à 34 500ha, les deux PIDAF Ligourès- Concors-Vautubière et  Sainte-Victoire ont été fusionnés.

 

La stratégie de prévention concentre des actions fortes sur la partie nord, c'est-à-dire sous le Mistral:

  • Traitement des « poudrières » (zones de départs de feux)
  • Traitement des bords de pistes (BDS : Bande Débroussaillée de Sécurité)
  • Entretien des pistes (bande de roulement)
  • Création de cloisonnements dans les massifs (coupure de combustible), pour limiter le risque de « grands » feux.

L’expérience des travaux dans la durée a conduit à une amélioration des techniques de débroussaillement et d’éclaircie, et à une meilleure prise en compte du paysage et de la biodiversité, par exemple sur les ressources mellifères pour les abeilles.

Une large concertation

Ce plan de gestion résulte d’un travail préalable entre les différents acteurs de la prévention des incendies, Pompiers, Forestiers Sapeurs, Office National des Forêts (ONF), Direction Départementale des Territoires et de la Mer notamment. Sur la base d’un état des lieux, ensemble, ils ont identifié les zones à fort risque de départ de feux, désigné les zones de cloisonnement du massif, précisé les zones à risques subis …L’examen des équipements hydrauliques a permis de pointer une déficience en points d’eau pour la lutte et de préciser les besoins d’aménagement.

Durant ces mois de mai et juin, les propositions ont été présentées lors de 4 réunions locales aux élus, pompiers locaux, agriculteurs et éleveurs, propriétaires forestiers, chasseurs, afin de prendre en compte leur connaissance du terrain et leurs besoins comme les contraintes cynégétiques ou d’exploitation forestière.

Le travail se poursuit

Des réunions thématiques viendront compléter les données recueillies. La question récurrente de l’entretien des nombreux travaux déjà réalisés au cours des dernières 10 années constitue un très fort enjeu. De ce point de vue, le maintien et si possible le développement des activités pastorales, agricoles et cynégétiques sont essentiels.

D’autre part, il faut rechercher une bonne complémentarité avec les usages récréatifs de la forêt (loisirs, randonnée).

Durant l’été, toutes les contributions donneront lieu à un premier document Plan de Massifs qui sera soumis au comité de pilotage et à toutes les institutions. Après synthèse de l’ensemble, il sera soumis à approbation des collectivités locales et de l’Etat.  Le Plan de Massifs pour les 10 ans à venir devrait être opérationnel à partir de 2015.

Partager cette page