Barrages Bimont et Zola

Panorama sur le barrage de Bimont avec son contre barrage.Vue de la face Ouest Sainte Victoire. - © Grand Site Sainte-Victoire Véronique PAUL

Le barrage Bimont

D’une hauteur de 87 mètres, c’est le plus récent des barrages du massif. Construit de 1946 à 1951, il retient en permanence entre 11 et 14 millions de m3 d’eau. Il sert à alimenter les grands centres industriels et urbains de la vallée de l’Arc et de Marseille. Il stocke à la fois les eaux de ruissellement du massif et une partie de celles  provenant du Verdon par la galerie de la Campane.

Mais la construction du canal de Provence a réduit l’importance de cet ouvrage qui constitue surtout aujourd’hui une réserve de stockage et sécurité.

Le barrage Zola

Construit en pierres de taille entre 1850 et 1854 par François Zola, père du romancier, ce barrage était destiné à retenir les eaux de ruissellement de la montagne Sainte-Victoire afin de créer une réserve nécessaire à l’alimentation de la ville d’Aix. La dérivation du lit de l’Infernet inquiéta les lavandières du Tholonet qui craignaient de manquer d’eau pour continuer à laver le linge des bourgeois aixois.

C’est ainsi que l’ingénieur dut s’engager à construire de nombreux lavoirs afin d’assurer la pérennité de cette activité qui s’est poursuivie jusqu’après la seconde guerre mondiale.

Quant au barrage Zola, compte-tenu de la faiblesse du débit (1m3/s), il fut dès 1877 suppléé par les eaux du canal du Verdon. Il est aujourd'hui entretenu essentiellement pour sa dimension patrimoniale et son rôle d'écrêteur de crues.

Pour en savoir plus :

Pour en savoir d’avantage sur les ouvrages hydrauliques, consultez le site de la société du Canal de Provence

Partager cette page