Oppidums

Il s’agit d’habitats fortifiés  édifiés sur une hauteur, dont les premières traces d’occupation  remontent pour certains à l’âge de bronze et se sont poursuivis quelquefois jusqu’au Moyen-âge.

Les recherches ont permis d’établir la présence de populations celto-ligures, à partir du 1er siècle avant JC. Dans ces villages vivaient plusieurs centaines de personnes, agriculteurs et éleveurs, façonnant des objets en céramique dont les vestiges ont permis  aux archéologues de reconstituer le mode de vie. Si les oppidums semblent nombreux sur le territoire – le relief est riche en promontoires – certains d’entre eux ont fait l’objet de fouilles archéologiques.

C’est le cas de l’oppidum d’Untinos sur le versant sud de Sainte-Victoire. Mis à jour après l’incendie de 1989, il s’agit d’un site celto-ligure abandonné vers le Xe siècle, qui domine Saint-Antonin sur Bayon. En 2011, des recherches ont révélé les traces d’un castrum médiéval dont le Grand Site a conforté les ruines.

Celui de la Citadelle, au Col des Portes à Vauvenargues, est un site protohistorique remontant à l’âge de fer (III et IIe siècles avant JC) découvert lors de la fouille d’un castrum médiéval. L’enceinte de l’oppidum a été mise à jour en 1982.

Enfin l’oppidum de l’Infernet au Tholonet, fouillé en 1980, daterait du second âge de fer, avec des traces d’occupation antérieure (âge de bronze, VIIe siècle avant JC).