Le Jour de la Nuit : trame noire et enjeux de la pollution lumineuse

Lever de lune Sainte-Victoire - Trame noire @Cerema
Le Jour de la Nuit – 14ème édition

Le samedi 15 octobre, la 14ème édition du Jour de la Nuit se tiendra sur l’ensemble du territoire national. La manifestation a pour objectif de nous sensibiliser à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité et à la beauté du ciel étoilé.

  • Dans ce cadre, le Grand Site Concors Sainte-Victoire organise, en partenariat avec la commune de Beaurecueil, une conférence sur la pollution lumineuse animée par Samuel Busson du Cerema, ainsi qu’une exposition de photos  : “Paysages noctures“, sélectionnées par le Cerema, qui aura lieu dans le hall d’accueil du Grand Site Concors Sainte-Victoire du 18 au 22  octobre inclus.
  • Le Tholonet propose différentes animations : l’association des Astronomes aixois projettera un diaporama sur le Pavillon Sainte-Victoire. Une exposition de photos sera mise en place dans la salle Jean Ferrat et une observation de la lune, des étoiles et constellations sera proposée sur l’esplanade des jardins partagés.
  • À Puyloubier, une randonnée nocturne est proposée sur les hauteurs du village (dont les lumières seront éteintes), à la découverte du monde de la nuit.
  • À Peyrolles-en-Provence, extinction des éclairages publics dans la nuit du 15 au 16 octobre de 23h à 5h.

Sensibles à cette question, les communes du Tholonet, de Beaurecueil, de Saint-Antonin-sur-Bayon, de Puyloubier et de Peyrolles-en-Provence, souhaitent développer une trame noire afin de préserver des corridors écologiques pour la biodiversité nocturne sur le Concors et le piémont sud de Sainte-Victoire.

La trame noire pour lutter contre la pollution lumineuse

La démarche de trame noire (ou trame sombre) consiste à rétablir l’obscurité pour recréer un réseau écologique propice à la vie nocturne. Elle vient compléter la trame verte et bleue essentiellement envisagée pour les espèces diurnes.

Encore mal intégrée dans les politiques publiques en faveur de la biodiversité, la pollution lumineuse cause pourtant de nombreuses perturbations à la faune et à la flore. Pendant la nuit, les systèmes d’éclairage perturbent par exemple les oiseaux et insectes nocturnes qui s’orientent en fonction des étoiles ou de la lune. Attirés par ces sources lumineuses artificielles, ils perdent leurs repères. Pour d’autres espèces qui fuient la lumière comme les chauves-souris, ces installations constituent des barrières infranchissables qui fragmentent leur habitat. De nombreuses espèces nocturnes qui rendent des services à l’homme sont également impactées. Ainsi une part importante de la pollinisation a lieu la nuit par des papillons par exemple, et certaines productions agricoles en dépendent directement. La lumière artificielle a également un effet sur la saisonnalité des végétaux…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp